Fédération PS du Pas-de-Calais : ne tirez pas sur le messager

Arnaud Montebourg - Photo Steven Dutartre (CC by-nc-sa)

Cette affaire est intéressante sur deux plans, celui de l’éthique d’une part, et celui de la réaction que les partis ont trop souvent face aux turpitudes des leurs.

Petit rappel des faits : Arnaud Montebourg, en tant que secrétaire national à la rénovation, a alerté son parti le 21 novembre dernier — très exactement, il a écrit à la première secrétaire, Martine Aubry — par le biais d’une lettre estampillée « personnel et confidentiel » sur une affaire judiciaire en cours concernant la fédération PS du Pas-de-Calais et l’utilisation qu’en ferait la majorité en période électorale.

A la suite de cette missive, et de sa réponse, tout le monde se déchaîne sur le fait qu’Arnaud Montebourg, pêle-mêle, ferait le jeu de Nicolas Sarkozy en lançant cette affaire, se rêverait en Saint-Just, règlerait des comptes contre des adversaires politiques internes, ou encore que Martine Aubry couvrerait Kucheida. Pourtant, ce n’est absolument pas le fond du sujet.

Je ne me baserai pas sur le côté juridique de l’affaire, car il semble que la justice avance, mais uniquement sur l’angle éthique, politique et médiatique.

La première remarque tient au fait qu’Arnaud Montebourg n’a pas bien évidemment pas « lancé » cette affaire ; elle était en cours, au stade d’enquête préliminaire. La seule question que l’on devrait se poser sur le sujet est donc une question d’opportunité : avait-il raison de porter cette affaire à la connaissance de Martine Aubry, pour préserver le PS d’éventuelles attaques de l’UMP sur le terrain de l’éthique et de la probité, ou aurait-il dû se taire ?

Je pense qu’il a bien fait de le faire, que c’était dans l’intérêt du PS, et ce pour trois raisons principales :

  • La première est aussi la plus évidente : François Lamy indique, dans sa lettre de réponse officielle en date du 29 novembre, que lui-même et Aubry n’étaient pas au courant de cette enquête préliminaire. Que ce soit vrai ou non a peu d’importance : ils ont été très officiellement informés et il me semble plus intéressant pour eux de l’apprendre ainsi que par voie de presse ;
  • La seconde tient au fait qu’il communique maintenant à Martine Aubry sur le sujet, là où d’autres pensent qu’il aurait fallu se taire pour des considérations électoralistes. En réalité, non seulement ceux qui avancent cet argument ont une conception électoraliste de l’éthique assez surprenante mais ils se trompent. Car d’un point de vue électoraliste, maintenant que la machine judiciaire était en branle, ce n’était qu’une question de temps avant que l’affaire soit portée à la connaissance de tous. Il s’agissait donc uniquement, pour le PS, de savoir s’ils préféraient garder l’initiative et maîtriser l’agenda, ou les confier à leurs opposants, ce qui n’est jamais une bonne idée ;
  • La troisième est qu’il ne fait pas qu’informer dans sa lettre, mais il propose une solution politique (celle de l’âge) à ce problème juridique pour éviter un désastre médiatique. A mon sens cette solution est une fausse bonne idée (je m’y étais déjà opposé) car le vrai sujet est celui de l’interdiction du cumul des mandats dans le temps : l’âge est l’effet, le cumul est la cause. Reconnaissons-lui au moins le mérite d’essayer de proposer une sortie par le haut.

En réalité cette affaire est symptomatique de la relation des partis, ou de tout groupe constitué, aux affaires qui touchent les leurs. On retrouve effectivement souvent de telles réactions épidermiques contre ceux que l’on appelle « les lanceurs d’alerte ». La tentation semble trop grande de les rendre responsables des affaires dont ils n’ont été finalement que les messagers, comme pour les punir de transmettre un dossier difficile à gérer, au point qu’ils se trouvent souvent plus violemment mis en cause que les personnes impliquées dans l’affaire qu’ils portent à la connaissance.

Or, il faut bien en faire le constat, si l’affaire de la fédération du Pas-de-Calais explose de manière aussi chaotique aujourd’hui, c’est aussi et surtout du fait d’une certaine malhabilité de la rue de Solférino dans la gestion de celle-ci. Et ce n’est que sur ce point que c’est vraiment dommage, car nous y perdons tous, et pendant ce temps nos opposants communs y gagnent.

4 thoughts on “Fédération PS du Pas-de-Calais : ne tirez pas sur le messager

  1. Pingback: Présidentielle 2012 : Marine Lepen, 1000 fois 5 euros… – «L'optimisme est une fausse espérance à l'usage des lâches et des imbéciles» - G. Bernanos -

  2. Pingback: Relations Montebourg / PS / Aubry by blogexperience - Pearltrees

  3. Pingback: Marc Vasseur | « La mondialisation porte en elle la probable catastrophe, elle porte aussi l'improbable espérance » — E. Morin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>